Visit Homepage
Skip to content

Un week-end à Gand

Quand on habite une petite ville de Province (avec un aéroport) et qu’une compagnie aérienne lowcost ouvre une ligne pour l’été… on se rue dessus ! Et c’est le cas pour notre Rodez – Bruxelles, ouverte pour l’été. Si le GPS nous propose 10h de voiture, 1h30 d’avion est tout de même plus confortable. Et c’est ainsi que nous décidons de faire un City Trip à Gand, à quelques encablures de la capitale belge. 

Donc techniquement, 1h30 d’avion c’est facile. Mais les lowcost n’atterrissent pas forcément à l’aéroport principal, et c’est notre cas : on débarque à Charleroi, c’est un peu le Beauvais de Paris. Il faudra prendre un bus, deux trains et un tramway (soit 1h30 de plus) pour nous retrouver en plein centre de Gand, à la porte de notre hébergement : Aanaajaanaa. C’est ici que commence notre City Trip à Gand.

En devanture, le routard recommande l’endroit depuis plus de 10 ans, mais ce n’est ni un hôtel ni une auberge : on est face à une porte et une sonnette comme chez un particulier et c’est Marcus qui nous ouvre et nous accueille. Si nous avions eu du mal à comprendre et à nous faire comprendre lors de notre week-end à Ostende, ici les hôtes sont bilingues ! Nous apprendrons beaucoup sur ce lieu unique, Carol et Marcus qui l’ont acheté dans des circonstances romanesques à l’Eglise, à des bonnes soeurs pour être plus précis. Mais ils vous le raconteront si vous avez l’occasion de passer les voir car nous recommandons cette chambre d’hôtes sans hésiter !

Aanaajaanaa veut dire “arriver et partir” en hindi, et ce n’est pas uniquement par coquetterie que le lieu s’appelle ainsi. Carol et Marcus voyagent souvent en tant que volontaires, en Inde notamment, ils en ont appris la langue et ont décoré le lieu aux couleurs de là-bas. Aanaajaanaa est aussi un palindrome (il se lit dans les deux sens).

En bref le lieu est immense, hyper central, le couple adorable, le petit déjeuner copieux, bio et végétarien : on est totalement sous le charme, avec mention très bien pour le smoothie maison qui change chaque jour. Cerise sur le gâteau, l’électricité est verte, produite par une coopérative qui utilise exclusivement des éoliennes. Carol, Marcus : ne changez rien !

Maintenant commence le marathon du city trip : deux jours pour voir et expérimenter tout ce qu’on a repéré en préparant le voyage !

Gand Belgique

 

La capitale des végétariens

Avant tout chose, il est important de savoir que nous avons choisi Gand comme destination notamment pour son titre de “capitale européenne végétarienne”. Derrière ce titre un poil prétentieux se dévoile une ville qui met en valeur les initiatives végés. Ils ont même poussé l’idée jusqu’à proposer que le jeudi soit totalement végétarien dans la ville, jusqu’aux cantines des écoles. Rien d’obligatoire, mais suggéré et donc facilité. Pour moi, c’est la révolution et la promesse d’une orgie de 72 heures. Je vais enfin pouvoir retrouver les poignées d’amour ! On vous dévoile nos bonnes adresses pour manger végétarien à Gand dans cet article dédié. Cette initiative belge a fait des émules et a inspiré d’autres villes en Belgique et dans le monde, à l’image de Strasbourg, Sao Paulo ou New York.

 

Une ville qui encourage le street art

La deuxième raison qui nous a donné envie d’aller à Gand est le street art, et notamment les oeuvres de l’artiste Roa que nous avions découvert à Dunedin en Nouvelle Zélande, dont Gand est la ville natale.

Cette thématique nous permet toujours de découvrir une ville différemment, un peu comme une chasse au trésor, en explorant des quartiers que nous n’aurions jamais vu sans la recherche de ces murs peints. Gand encourage la culture du graffiti et a monté le festival “Sorry not sorry” autour du street art, elle a d’ailleurs édité une carte pour se repérer et trouver les oeuvres à travers la ville. Alors on se laisse porter, on se perd, on cherche, on découvre des graffs non répertoriés, on est même tombé sur des ateliers d’artistes géniaux !

Enfin, à deux pas de Aanaajaanaa, la “rue des graffs” est une petite ruelle d’une centaine de mètres dédiées à ça, dont les murs sont totalement recouverts de graffitis et de tags, avec pour seule règle pour les artistes : “tu ne peux recouvrir l’oeuvre d’un autre que si tu es plus talentueux”. Ça met la pression ! C’est ainsi que la ruelle change d’aspect régulièrement, au gré des artistes plus ou moins amateurs.

 

Les musées de la ville

Il y a un certain nombre de musées à Gand et même si la City Card donne accès à la plupart, il faudra faire des choix (ou rester un semaine) !

  • Le musée d’Art moderne

Pas de bol, certaines expositions temporaires étaient en rotation ce week-end là et seul le rez-de-chaussée était visitable. Les installations méritent le coup d’oeil, l’atmosphère diffère d’un musée plus classique. Les gens s’interrogent, rient ou haussent les épaules devant les oeuvres. On comprend l’artiste, ou pas. Si la mini télévision qui diffuse un film érotique s’éteint dès qu’un visiteur passe devant, on sourit ! Si plusieurs postes de radio disposés en cercle beuglent dans une langue inconnue et qu’un micro relié à un haut parleur alterne entre chaque radio, on se questionne sur le sens ?!? Peu importe, on a découvert l’artiste chinois Zhang Peili à travers ses oeuvres vidéo, ainsi que d’autres artistes belges, suédois et néerlandais. C’est original, c’est contemporain, ça plait ou pas, mais ça ne laisse pas indifférent. Avec la City Card c’est gratuit et on est à 2 pas du musée des beaux arts. Le site du musée est ici.

  • Le musée des Beaux Arts

Ici, on est dans le musée traditionnel, à première vue. Beaucoup de salles, des tableaux bien encadrés, un silence respectueux règne, le parquet grince et les enfants ne doivent pas toucher. Nous sommes plutôt attirés par la partie contemporaine et belge, à titre personnel, et nous explorons les salles au gré de nos envies. Le musée a des pièces maitresses, notamment « perspective II» de Magritte, reprenant un tableau de Manet mais… avec son propre point de vue ! A voir ! L’énorme fresque en plâtre de Jef Lambeaux qui s’appelle « passions humaines » mérite de s’asseoir quelques minutes pour la contempler, c’est très impressionnant.

Et clou du spectacle, le fameux retable de l’Adoration de l’Agneau mystique est restauré au sein de ce musée. L’atelier est visible à travers les vitres, mais les restaurateurs ne travaillent qu’en semaine. On y apprend beaucoup de choses, l’histoire, les explications, les personnages représentés et la manière dont on restaure un chef d’oeuvre. Must see !

Le site du musée, notamment pour les horaires d’ouverture, se trouve ici.

 

Marché aux fleurs

Petit bouffée bucolique en plein centre ville, la place Kouter est dédiée à des stands de fleurs tous les dimanches matins. C’est beau, ça sent bon, on est content. Le kiosque à musique accueillait ce jour là un orchestre symphonique local, jouant tour à tour des grands classiques « classiques » mais aussi des tubes revisités, comme ABBA ! Pour se mettre de bonne humeur, avant ou après le brunch, on recommande ce joli marché aux fleurs.

 

City Card

Comme évoqué précédemment, cette petite carte très pratique est également économique. Son prix varie selon sa durée de validité (2 ou 3 jours) et permet d’avoir accès aux musées, aux transports en commun, à la location de vélo et à une promenade guidée en bateau. Cette dernière est totalement touristique mais finalement agréable grâce au “guide-pilote” qui alterne les commentaires en flamands / anglais / français dans un rythme bien marqué, en ponctuant de blagues bien pensées (“en haut de la cathédrale, il s’agit bien de la statue d’un dragon, pas d’un poulet“) ! 45 minutes avec 30 autres touristes sur ce petit bateau n’est pas notre manière habituelle de voyager, mais ça reste agréable de découvrir une partie de la ville.

Toutes les infos sur la City Card de Gand se trouvent ici.

En somme, Gand est une ville magnifique, on y mange bien et il y a beaucoup de choses à voir. Y rester un week-end est un bon début mais il aurait fallu plusieurs séjours pour faire tout ce que nous avions repéré, et c’est ça la bonne nouvelle : nous reviendrons faire un deuxième city trip à Gand, c’est sûr !

Olivier

 

 

Certains éléments de cet article sont le fruit d’une collaboration entre l’office du tourisme de la Flandres et Snooze Again. Cependant, tous les choix éditoriaux nous reviennent.

 

 

TOUS NOS ARTICLES EN BELGIQUE

 

 

2 Comments

  1. bureau corentin bureau corentin

    Les photos sont magnifiques ! Ca donne envi d’y allez au début de l’hiver quand les lumières doivent bien rendre !

  2. Snooze Again Snooze Again

    Mais oui ! Et en plus ce n’est pas très loin ! 😉

Laisser un commentaire