Visit Homepage
Skip to content

The Crystal Ship : le street art à Ostende

Facebook
Twitter
Pinterest

     The Crystal Ship est un festival d’art contemporain spécialisé dans le street art qui tend à transformer l’espace publique en une galerie d’art. Établissant son quartier général à Ostende pour la deuxième année consécutive, The Crystal Ship métamorphose cette petite ville balnéaire belge en une capitale européenne incontournable pour tous les amateurs de street art. Désormais, plus de 40 œuvres sont à découvrir le long des murs d’Ostende, et pour être sûr de n’en louper aucune, le festival met à disposition une carte : la balade prend alors vite un air de chasse aux trésors, passe-temps favori de vos chers snoozers.

Venez, on vous embarque à bord de ce bateau de cristal rempli d’œuvres d’art !

 

 Strook

     Installée au dessus de l’office de tourisme d’Ostende, l’œuvre de l’artiste belge Stefaan De Croock – alias Strook, est comme la porte d’entrée de ce festival. Au delà de la contraction de son nom et prénom, “Strook” en néérlandais signifie “bande” ou “rayure” comme en écho à sa matière première : des lattes de bois recyclées et porteuses d’histoire, “wood with a story” comme il dit. Ici, ce visage incliné vers la mer comme en hommage, est construit à partir de planches provenant du Mercator (bateau-école pour la marine marchande) mais également de bois qui porte les stigmates de  l’Assanat, bateau de pêche naufragé avec ses deux pêcheurs à bord.

The Crystal Ship, street art à Ostende

 

Phlegm

     Nous avions rencontré l’œuvre de Phlegm l’année dernière au détour des graffitis australes de Dunedin en Nouvelle-Zélande. Envoûtés par l’univers surréaliste de ce dessinateur et illustrateur Gallois, nous avions hâte de découvrir ce qu’il avait composé pour la ville d’Ostende. Quand nous arrivons enfin face à sa fresque, nous réalisons que là encore sa taille n’a d’égale que la minutie du détail.

The Crystal Ship, street art à Ostende

     Le pseudo “Phlegm” fait référence aux quatre tempéraments de la médecine grecque antique : le sang, la gale jaune, la gale noire et le flegme, dont le dernier était responsable d’un tempérament apathique et sans émotion. Dans ces créations, il semble que seuls les personnages humains, souvent cagoulés, soient dénués d’émotion et d’empathie. Dans cette œuvre notamment, le regard des créatures imaginaires, mi animales-mi machines, laisse transparaître un désespoir saisissant. Ils avancent, comme soumis à l’asservissement d’une espèce inhumaine.

The Crystal Ship, street art à Ostende

 

Bué The Warrior

     L’artiste Dave De Rop, alias Bué est la touche colorée, joyeuse et cartoonesque du festival ! C’est petit, léger et drôle, bref, on adore !

The Crystal Ship_Ostende_street art_Bué The Warrior     Et Lorsque Bué, Chase et Zenith (Matthias Schoenaerts) se rencontrent, ils créent le collectif Buck, pour des œuvres hautes en couleurs :

The Crystal Ship, street art à Ostende

The Crystal Ship, street art à Ostende

The Crystal Ship, street art à Ostende

 

Fintan Magee

     Pour l’occasion, l’artiste australien Fintan Magee fait prendre la pose à une ostendienne : le regard guettant au loin l’air inquiet, elle est agenouillée au bord de l’eau et elle porte une canne à tête de cheval dans une main.

On est resté assez fasciné par cette œuvre de 40m de hauteur, et particulièrement par le travail autour du reflet. Nous nous sommes d’ailleurs rendus compte que ce n’est pas une stricte verticalité, mais bien un plan d’eau, telle une flaque, où viendrait se refléter chaque élément : oiseau, bouteille… L’effet de perspective est saisissant.

The Crystal Ship, street art à Ostende

 

Francisco Bosoletti

     Ce serait dans le musée de la ville d’Ostende que le street artist argentin Francisco Bosoletti aurait découvert cette photo : le portrait d’une femme dans les années 50, en noir et blanc. Évidemment à première vue, l’œuvre semble étrange si on a pas eu accès au procédé de l’artiste : peindre en négatif !

Son œuvre, c’est encore lui qui en parle le mieux :

«La photo est assez vieille, des années 50 je crois, et a été prise à Ostende. Nous ne savons pas vraiment qui est cette jeune femme, mais il est très probable qu’elle aurait pu être une fille de la guerre. C’est indéniablement un morceau d’histoire très important qui vit avec de nombreuses familles d’Ostende. En fait, pendant que je peignais la fresque, je discutais avec les habitants qui m’interrogeaient sur le travail. J’ai expliqué que l’histoire des enfants de la guerre était profondément liée à leur culture, mais pas à l’œil nu, pas de manière superficielle. C’était plutôt quelque chose de plus profond, de l’intérieur de l’histoire de chaque famille qui a adopté un enfant. Il m’a semblé très intéressant de raconter cette histoire à ma technique de peinture en négatif, car cela m’a permis d’essayer de générer la mémoire de ces profondes significations qui marquent notre histoire mais qui sont invisibles à l’œil nu ». (propos recueillis sur le blog Instagrafite.com)

The Crystal Ship, street art à Ostende

The Crystal Ship, street art à Ostende

 

Axel Void

     Si dans le street art le mur sur lequel est exposée l’œuvre est indissociable de l’œuvre elle-même, alors l’artiste originaire d’Espagne Axel Void, de son vrai nom Alejandro Hugo Dorda Mevs, en fait une nouvelle démonstration. Au commencement du projet, et une fois l’emplacement choisi, Axel Void est allé à la rencontre des habitants de l’immeuble. Une vielle dame lui a montré plusieurs de ses archives, dont une photo où elle dit au revoir à une amie qui décèdera peu de temps après le cliché. Cette image, témoignage d’un geste quotidien, chargé de tendresse et d’affection, a inspiré l’artiste qui l’a transformée en une peinture magistrale, faite à l’acrylique et à la peinture à l’huile.

Pour l’anecdote, Void s’est bien gardé de prévenir l’habitante en question tout au long de sa création,. La surprise a dû être totale !

The Crystal Ship, street art à Ostende

The Crystal Ship, street art à Ostende

Même si toutes les œuvres mériteraient qu’on s’y attarde, qu’on les commente ou les analyse une à une, on vous dépose ici la galerie (non exhaustive) du festival Crystal Ship, n’hésitez-pas à réagir !

 

 

TOUS NOS ARTICLES STREET ART

 

 

Facebook
Twitter
Pinterest

2 Comments

  1. Nous ne savions pas qu’il y avait du street art dans cette ville. A la base, nous sommes venus pour le festival de sculptures de sable d’Ostende.
    Nous avons adoré Ostende !

  2. Snooze Again Snooze Again

    On a aperçu ce festival de sculptures de sable, très impressionnant…
    Oui, c’est une petite ville avec plein de choses à faire et à vois (et à manger), on a adoré aussi !

Laisser un commentaire