Visit Page
Passer au contenu

Lantau, Hong Kong comme vous ne l’avez jamais vu

L’image de Hong Kong passe par ses grattes ciels rapprochés, ses marques de luxe et sa place boursière. On la connait également pour être une ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine à la fin des années 90. Mais cet archipel qui compte plus de 260 îles réserve bien des surprises pour celui qui saura s’aventurer au delà des lignes de métro.

Lantau est la plus grande île de l’archipel avec 145 km2 (Paris fait environ 100km2 pour la comparaison). Même si Disneyland y a construit son parc d’attraction et que l’aéroport international est sur une presqu’île artificielle rattachée au nord, Lantau est surnommée “le poumon de Hong Kong” car on n’y trouve que quelques villes et villages de pêcheurs, et le reste de l’île est sauvage. Seuls 50 000 habitants y vivent, pour 1,5 millions de Hongkongais au total, c’est dire si la densité de population est faible !

Nous y avons passé deux semaines, de plages en petits restaurants, de randonnées en lieux culturels ancestraux. Nous avons séjourné à Pui O, l’occasion de passer du temps avec (et chez) le frère d’Olivier. Philippe vit à Hong Kong depuis le milieu des années 2000, et vous le connaissez car un article du blog est dédié à son anniversaire sur le lac Baïkal ! Il connait son île comme sa poche et nous a partagé ses bonnes adresses et ses bons plans.

La ville de Mui Wo

Deuxième ville de l’île, c’est également le petit port pour les ferries qui rejoignent Hong Kong Island. Un site compile les informations comme les horaires, les tarifs, etc...

On y trouve également beaucoup plus de commerces, à commencer par les 7 Eleven (superette), Wellcome (supermarché) et Fusion (supermarché avec beaucoup plus de choix mais plus aussi beaucoup plus cher). Il y a plusieurs restaurants que nous avons testés, mais s’il ne fallait en garder qu’un, c’est de loin the Kitchen et ses pizzas géantes ou ses pâtes aux truffes (truffes ou je sais plus, à corriger et effacer la parenthèse). On vous invite à boire une Gwailo, et à lire sur le verre l’origine du nom de cette bière ! La boulangerie Village Bakery est une très bonne adresse pour du pain ou un gateau, mais également pour boire un café dans un cadre cosy.

Si nous allons à l’autre extrémité de l’île, c’est à Tai O que nous atterrissons.

Village de pêcheurs de Tai O

Assez touristique le weekend, notamment pour ses excursions en bateau afin de croiser les dauphins roses, Tai O est beaucoup plus calme en semaine et permet de découvrir un authentique village de pêcheurs avec ses maisons sur pilotis. Les habitants circulent en barque ou à travers les petites ruelles. Nous suivons ces petites rues pour découvrir les étals du marché (attention, forte odeur de poisson…). A travers une courte ballade, on accède facilement aux hauteurs pour croiser le temps de Yeung Hau ou l’ancien poste de police, tous les deux classés par le gouvernement hongkongais.

Notre conseil : si vous n’avez pas l’intention de parcourir les 70km du Lantau Trail, partez de Pui O (extrémité ouest) pour rejoindre le monastère de Po Lin. C’est difficile, mais ma-gni-fique !

Lantau Trail

C’est une boucle de 70 km de long, avec des dénivelés assez conséquents, qui est d’une beauté et d’une préservation rare. Le site Enjoy Hikin édite une super carte du Lantau Trail en PDF, ainsi que les indications tronçon par tronçon (en anglais). Très pratiques, ces documents indiquent notamment la distance, le nombre d’heures à prévoir et la difficulté ! Ne prenez pas cette indication à la légère, ce trek est costaud. Pour chaque carte de tronçon sont également indiqués les arrêts de bus, les points d’information, les emplacements de camping, etc… On s’est également servi de l’appli maps.me pour se géolocaliser hors ligne.

On part d’où on veut, mais le fléchage indique le début du trail à Mui Wo.

Le Grand Bouddah du monastère de Po Lin, plateau de Ngong Ping

Créé au début du XXème siècle, ce monastère bouddhiste abrite un des plus grand bouddha assis du monde. Situé en haut d’une colline (il faut tout de même gravir près de 300 marches), on peut s’y rendre à pied, en bus ou en téléphérique. Cette dernière option est plus touristique, mais le point de vue depuis les hauteurs en vaut la peine, au moins pour un des deux trajets.

Par ailleurs, on y sert des repas végétariens excellents ce qui n’est pas pour nous déplaire. Et cerise sur le gâteau, le monastère est situé sur le Lantau trail.

Les buffalos sauvages de Pui O

C’est à partir du sud de l’île que nous rayonnons, à commencer par la plage à quelques minutes à pieds de l’appartement. Nous traversons le petit village en croisant un des troupeaux de buffles sauvages de l’île. Ces animaux évoluent en liberté, en autonomie (avec une femme qui en prend soin, mais sans être propriétaire du troupeau). Ils vivent en parfaite harmonie avec leurs voisins les humains, et tout le monde parait satisfait de cette situation.

Nous nous rendons donc sur Pui O Beach où nous retrouvons d’autres buffalos qui profitent aussi du bord de mer. Entourée par les montagnes, la plage y est grande, le sable fin, la vue est belle, le temps est propice à la baignade. Sur ses abords, un restaurant est en activité, quelques emplacements de camping et des infrastructures publiques de barbecue sont à disposition. Je pense qu’on frôle le bonheur…

Même si Pui O est un petit village, il y a 3 restaurants et une épicerie le long de la route principale. Parmi les bonnes adresses il y a sans aucun doute le water buffalo tenu par un couple d’anglais qui sert des plats végétariens. Tout y est délicieux : des desserts de Jenny (qui dans une ancienne vie était chef pâtissière) à la bière brassée par Chris. Certes c’est plus anglais que chinois, mais il y aura d’autres occasions de manger asiatique !

Pour aller et venir depuis ce village, il y a le taxi (pas cher) et un arrêt de bus avec plusieurs lignes qui desservent tout l’île. Pour rejoindre Mui Wo (notamment pour le port qui rejoint les autres îles de Hong Kong), Tung Chung (pour rejoindre l’aéroport ou le métro) et pour rejoindre n’importe quel point de l’île, dont le monastère de Po Lin.

TOUS NOS ARTICLES EN ASIE

Un Commentaire

  1. Edith Edith

    En effet, ce n’est pas du tout l’image que j’avais de Hong Kong ! ça donne envie…
    Et votre premier magazine aussi ! j’espère que j’aurai la chance de le feuilleter !!

Laisser un commentaire

ABONNEZ-VOUS A NOTRE SNOOZE-LETTER !

 

Abonnez-vous à notre Snooze-letter