Skip to content

21 conseils pour un road-trip en Nouvelle-Zélande

On a écrit cet article car personne ne nous avait prévenu. Un road-trip de 5000 km dans un pays aux antipodes de chez nous, ce n’est pas rien. Alors après avoir essuyé un sacré paquet de plâtres, voici nos conseils avisés.

  1. Les applis in-dis-pen-sa-bles
« Campermate », pour trouver les terrains de camping (classés par prix et par type de campervan, autonomes ou non), les wifis gratuits, les douches et toilettes publiques, les stations essences, etc… le tout ponctué par les commentaires bien utiles des utilisateurs (avec une mention particulière pour les traductions automatiques !!).                                                
Road-trip Nouvelle-Zélande
Campermate
 
« Maps.me », un GPS qui géolocalise hors connexion. Pratique à la nuit tombée pour trouver sa route sans s’engueuler.
Road-Trip Nouvelle-Zélande
Maps.me
  1. Free wifi et autres compromis
Pas fan de Mac Do ou Starbucks en France, clients tu deviendras pendant ton road-trip (ou au moins squatteur de parking). Il y a aussi New World (supermarché local), la station service BP et toutes les bibliothèques du pays qui offrent un accès gratuit mais pas toujours illimité à internet.
  1. En parlant de bibliothèques municipales
On n’y trouve pas que de wifi (et autres bouquins). C’est ici qu’on recharge les batteries au sens propre du terme, qu’on y trouve des toilettes propres (les fosses des campings auront notre peau) et des collègues routards.
  1. DOC Campsite Pass
Sous ce nom barbare, se cache le « Department Of Conservation » (DOC, donc) qui propose un pass hebdo pour camper gratos ou moins cher dans certains emplacements. Car non, en van aménagé, on ne peut pas se poser n’importe où. D’où la différence entre le campervan « autonome » (sanitaires et douches qui se vident dans le container du camping car) et « non autonome » (sans sanitaire, mais dont le lavabo se vide… par terre !). Donc en « non autonome », il faut aller dans un campsite. Le DOC en propose beaucoup sur tout le pays (mais sans exclusivité), et le pass propose un certain nombre de nuitées gratuites ou pour un prix modique.
Road-Trip Nouvelle-Zélande
DOC Campsite Pass
  1. Honesty box
Dans l’hypothèse où il faudrait payer le campsite pendant ton road-trip, il existe un concept fabuleux en Nouvelle Zélande : la honesty box. Un truc qui marcherait pas en France ! Pas d’interlocuteur, une boite, un prix, et la confiance en l’humanité. Il en va ainsi pour acheter des fruits et légumes au bord des routes. Mais attention le nombre de places des campings est limité, et on ne négocie pas avec le ranger quand il passe. Amende !
Road-Trip Nouvelle-Zélande
Honesty box
  1. Les cartes de réduction
Chez New World, ils ont une carte de réduction spéciale touriste ! Pour bénéficier de réducs sur certains produits (comme partout dans le monde, mais quand on est en voyage c’est rare). C’est pas grand chose mais c’est quelques euros de gagnés quand même ! Idem chez les pompistes. En faisant ses courses chez Pack’n Save, on a un ticket valable 1 mois pour 6 cents de réduction à la pompe (wouhouuuu, c’est le début de la richesse).
Road-Trip Nouvelle-Zélande
New World Supermarket
  1. En parlant de pompiste
Le prix de l’essence n’est pas le même partout. Plus on descend dans le sud, plus on trouve ça cher (plus de 60 cents de différence lors de notre dernier voyage) ! Ca vaut le coup de comparer, mais globalement les pompistes s’alignent.
  1. Et toujours dans la pompe
Pense à recharger régulièrement le container d’eau du campervan (ça part vite) en demandant un robinet d’eau potable. Généralement, on la fait bouillir par sécurité.
  1. Concernant la location du van
On te laisse faire tes comparaisons. Il existe plein de loueurs avec différents types de véhicules et options. Par contre une chose commune : l’assurance et la franchise. Ca coute cher, et ça ne sert qu’en cas de problème. Chacun trouvera midi à sa porte, mais notre conseil porte sur la franchise. Sans assurance, le loueur encaisse la franchise et la restitue environ 1 mois après la fin de la location. Environ 2000 euros. En prenant l’assurance, la franchise tombe à 60 euros (nettement plus raisonnable, notamment pour ne pas exploser son plafond de dépense cb dès le 1er jour !).

 
  1. Tout est permis
Inutile de préciser qu’il faut son permis de conduire international (mais il est utile de préciser qu’il ne s’agit que de la traduction du permis. Il faut donc ramener son diplôme original aussi).
  1. Auto ou manuelle?
A toi de voir, mais conduire à gauche n’est pas un réflexe (même au bout d’un mois de road-trip), alors rajouter le levier de vitesse à gauche, alors que les pédales ne sont pas inversées, c’est un coup à devenir schyzo.
  1. Passons à l’intérieur du van
Généralement on a le droit à un auto radio cd, mais avec une prise mini jack si on veut brancher son téléphone ou équivalent. Il faut donc se munir de ce câble. Et pour pas décharger son téléphone qui est sur Maps.me et Itunes tout en checkant les wifi… une petite prise allume cigare sera salutaire. Car l’électricité est reine. Et rare. Et précieuse donc. Bref, un souvenir douloureux.
Road-Trip Nouvelle-Zélande
Intérieur du Van
  1. Autre douleur, auditive cette fois, l’alarme incendie
Elle s’enclenche alors que tu fais fondre du fromage à l’intérieur du van un soir de pluie. On est devenu sourd pendant 48h.
  1. La douloureuse
Il y a des routes à péage sur l’île du Nord, et ça ne marche pas comme chez nous. Il y a des panneaux « péage » mais on ne passe jamais de barrière. Content, on a économisé quelques dollars, mais pas content, on a une prune lorsqu’on rend le véhicule !! En effet, le péage se fait par caméra qui relève les plaques, et on a 5 jours pour payer la somme sur internet. Sinon, bim ! Re-amende.
  1. A propos d’amende
Ici ça ne plaisante pas avec le stationnement. On a trouvé en ville des places à 6 dollars la demi heure ! Parfois on trouve des places gratuites (15, 30, 60, 120 minutes). Sache qu’une petite pervenche passe relever les plaques régulièrement, et colle une amende si tu as dépassé le temps limité ! La bonne nouvelle avec ces amendes c’est que c’est facile à payer. Par internet ou au bureau de poste !
Road-Trip Nouvelle-Zélande
998… 999…
 
  1. Une prune pour une pomme
Tu es heureux, tu viens d’atterrir en Nouvelle Zélande, tu t’apprêtes à passer la douane pour démarrer ton road-trip. Et paf, une fois n’est pas coutume : amende. Mais pourquoi ??? Parce que tu n’as pas mangé la pomme que maman t’avais mis dans le panier. Or il est strictement interdit d’importer des fruits, légumes, graines etc. Même la boue sous les chaussures est scrutée par le douanier ! Ce n’est pas par excès de zèle, c’est pas souci de préservation de leur archipel. Nous, on valide.
  1. « I Site », un ami qui vous veut du bien
C’est l’office du tourisme local. Il y en a des dans la plupart des villes, et ils fournissent gratuitement cartes, conseils, contacts…
  1. Manger bouger
Le prix de certains légumes est inadmissible. 3 euros le concombre. 2 euros le poivron, etc. On ne se rappelle plus les tomates, mais c’était tout à fait scandaleux. Heureusement, dans certains supermarchés, un fruit est gratuit pour les enfants pendant que les parents font les courses ! Bref, nous, on a mangé des noodles.
Road-Trip Nouvelle-Zélande
Free Fruit for Kids !
 
  1. Et boire
Les supermarchés ne sont pas autorisés à vendre de l’alcool (même la bière, n’en déplaise à certains) aux moins de 25 ans ! Et ça peut être vexant quand on demande la carte d’identité alors qu’on a 30 ans…
  1. Attention moucheron méchant
Et enfin pour finir sur une note déplaisante, les sandflies seront ton cauchemar absolu. Des petits moucherons à l’aspect inoffensif te feront reprendre la clope tellement leurs piqures sont urticantes. Il existe un super truc sado maso qu’on a testé : la mini décharge électrique sur le bouton. Ca fait à la fois mal, et à la fois du bien. A se faire faire par son partenaire.
    Allez, bonne route !
Road-Trip Nouvelle-Zélande
Et au milieu coule… une route !

Comments are closed.

WordPress Image Lightbox Plugin